Equateur la côte ouest

Publié le

Yes ! Nous voila arrivés sur la côte, la mer, l’océan et tout et tout !!! A peine installés nous voila partis à la fête foraine YOUPI !!!! Partie d’auto tamponneuses endiablée, Tim et Félix ont voulu faire du bateau et ils ont eu la peur de leur vie !!! Parait que Félix disait à son frère : « je vais mourir » !!! A la sortie du manège ils étaient blanc comme neige… ça les a calmé yes !! Le matin nous assistons à un marché aux poissons très animé à Manta. Les requins sont vendus par dizaines ainsi que les thons c’est très impressionnant de voir comment les poissons sont découpés sur place puis embarqués dans des camions en direction de restau du coin. Le temps du poulet est enfin terminé, place au poisson !!! et nous ne serons pas au bout de nos surprises…

Equateur la côte ouestEquateur la côte ouest
Equateur la côte ouestEquateur la côte ouest

Et là un bol pas possible (comme toujours depuis le début), on sait pas comment, on sait pas pourquoi mais on se retrouve sur LA plage adorée que les tortues choisissent pour pondre leurs œufs. Vers 23 heures on sort du camion et là on se retrouve nez à nez avec des centaines de bébés tortues qui viennent de naitre et qui ne trouvent pas le chemin de la mer !! Ni une ni deux, nous les mettons dans un sac, les relâchons près de la mer puis, à l’aide de la lumière, ils trouvent enfin la bonne direction… ça parait tout bête comme ça à dire, mais à vivre c’est vraiment une belle émotion pour nous 4. Il est quasi 23 heures quand un « gardien des tortues » vient nous trouver pour nous dire qu’une énorme tortue est en train de pondre à… 50 mètres !!! Silence radio, lumière rouge (la blanche les aveugle) et le gardien confie à Tim la tâche de compter chaque œuf pondu. La tortue en effet est énorme, elle mesure 85 cm sur 65 de large, une belle bête qui pondra au total… 130 œufs !!!

C’est magique, nous sommes carrément émerveillés d’assister à ce moment de toute beauté, et c’est jusqu’à 2 heures du matin que nous marcherons sur la plage avec 2 « gardiens du temple » pour finalement ne pas en voir d’autres. Epuisés mais ravis, nous rejoignons Morphée pour une nuit de songes fantastiques… Pas de photo sur cette magnifique scène de vie… tout dans nos têtes….

Tim et Fifou conduisent !!! manque que moi....Tim et Fifou conduisent !!! manque que moi....

Tim et Fifou conduisent !!! manque que moi....

Puerto Lopez nous tend ses bras et nous nous plongeons dans un bassin d'eau sulfurée où nous nous enduisons de boue pour retrouver une peau de bébé…  Belle expérience !! Peu après nous voici de nouveau embarqués pour une nouvelle histoire ! Nous bivouaquons avec des français en bord de mer et décidons ensemble d’aller en bateau voir des baleines. Les espoirs sont minces, c’est la fin de la saison pour elles et nous comptons juste sur notre chance, qui nous tient en haleine depuis le début de ce magnifique voyage. Oui ? Non ? Et bien OUI !!!! C’est finalement 4 que nous verrons !!! 2 baleineaux  et leurs parents nous offrent un spectacle magnifique… Ils nagent autour du bateau, on les suit, ils tournent ? on tourne, les retrouve…  Autant que pour la tortue, nos yeux d’enfants à jamais pétillent de joie… Bon ça suffit maintenant !!! trop c’est trop que va-t-on encore voir de magique ?? Des pumas ! Félix attend de voir les pumas !!! Pourquoi pas, au point où on en est ! All is possible…

Enfin notre famille coup de cœur brésilienne nous rejoint avec une autre famille de français (partis au départ pour 1 an puis… rallonge d’1 an, comme beaucoup…)et là nous passons ensemble 2 jours de bonne bouffe, de discussions, d’échanges sur les pratiques des uns et des autres… jolis moments d’échanges. Nous irons ensemble à la plus belle plage d’Equateur, los Frailes, gouter le ceviche (poisson mariné un peu comme à Tahiti, bisou à mes 2 chéries Alice et Adé), nous balader des heures sur la « corniche », acheter des pains au manioc délicieux, découvrir une boisson dont nous raffolons (la polaca pour les adeptes) bref… parfois c’est inexplicable. La côte a cette nonchalence qui nous séduit, ce petit « plus » qui, malgré l’absence de soleil, nous fait rester, et aimer, chaque jour un peu plus cet endroit. Nous embarquons avec nous 2 français back packers (sac à dos) qui nous rappellent notre jeunesse et voyagent depuis 13 mois ici, et viennent aussi de rajouter une année. C’est notre Quentin et Elsa à nous !! 26 ans, tout pareil ! Une belle maturité…  Jolly Jumper nous amène tous les 6 sur les routes du sud mais il est tellement grand qu’on ne se gêne même pas ! Mathieu apprend la science à Félix, Maude nous brieff en espagnol, ils nous préparent des ceviche, on a trouvé un couple de jeunes « au pair », fabuleux !!! Enfin notre famille coup de cœur brésilienne nous rejoint avec une autre famille de français (partis au départ pour 1 an puis… rallonge d’1 an, comme beaucoup…)et là nous passons ensemble 2 jours de bonne bouffe, de discussions, d’échanges sur les pratiques des uns et des autres… jolis moments d’échanges. Nous irons ensemble à la plus belle plage d’Equateur, los Frailes, gouter le ceviche (poisson mariné un peu comme à Tahiti, bisou à mes 2 chéries Alice et Adé), nous balader des heures sur la « corniche », acheter des pains au manioc délicieux, découvrir une boisson dont nous raffolons (la polaca pour les adeptes) bref… parfois c’est inexplicable. La côte a cette nonchalence qui nous séduit, ce petit « plus » qui, malgré l’absence de soleil, nous fait rester, et aimer, chaque jour un peu plus cet endroit. Nous embarquons avec nous 2 français back packers (sac à dos) qui nous rappellent notre jeunesse et voyagent depuis 13 mois ici, et viennent aussi de rajouter une année. C’est notre Quentin et Elsa à nous !! 26 ans, tout pareil ! Une belle maturité…  Jolly Jumper nous amène tous les 6 sur les routes du sud mais il est tellement grand qu’on ne se gêne même pas ! Mathieu apprend la science à Félix, Maude nous brieff en espagnol, ils nous préparent des ceviche, on a trouvé un couple de jeunes « au pair », fabuleux !!! Enfin notre famille coup de cœur brésilienne nous rejoint avec une autre famille de français (partis au départ pour 1 an puis… rallonge d’1 an, comme beaucoup…)et là nous passons ensemble 2 jours de bonne bouffe, de discussions, d’échanges sur les pratiques des uns et des autres… jolis moments d’échanges. Nous irons ensemble à la plus belle plage d’Equateur, los Frailes, gouter le ceviche (poisson mariné un peu comme à Tahiti, bisou à mes 2 chéries Alice et Adé), nous balader des heures sur la « corniche », acheter des pains au manioc délicieux, découvrir une boisson dont nous raffolons (la polaca pour les adeptes) bref… parfois c’est inexplicable. La côte a cette nonchalence qui nous séduit, ce petit « plus » qui, malgré l’absence de soleil, nous fait rester, et aimer, chaque jour un peu plus cet endroit. Nous embarquons avec nous 2 français back packers (sac à dos) qui nous rappellent notre jeunesse et voyagent depuis 13 mois ici, et viennent aussi de rajouter une année. C’est notre Quentin et Elsa à nous !! 26 ans, tout pareil ! Une belle maturité…  Jolly Jumper nous amène tous les 6 sur les routes du sud mais il est tellement grand qu’on ne se gêne même pas ! Mathieu apprend la science à Félix, Maude nous brieff en espagnol, ils nous préparent des ceviche, on a trouvé un couple de jeunes « au pair », fabuleux !!!
Enfin notre famille coup de cœur brésilienne nous rejoint avec une autre famille de français (partis au départ pour 1 an puis… rallonge d’1 an, comme beaucoup…)et là nous passons ensemble 2 jours de bonne bouffe, de discussions, d’échanges sur les pratiques des uns et des autres… jolis moments d’échanges. Nous irons ensemble à la plus belle plage d’Equateur, los Frailes, gouter le ceviche (poisson mariné un peu comme à Tahiti, bisou à mes 2 chéries Alice et Adé), nous balader des heures sur la « corniche », acheter des pains au manioc délicieux, découvrir une boisson dont nous raffolons (la polaca pour les adeptes) bref… parfois c’est inexplicable. La côte a cette nonchalence qui nous séduit, ce petit « plus » qui, malgré l’absence de soleil, nous fait rester, et aimer, chaque jour un peu plus cet endroit. Nous embarquons avec nous 2 français back packers (sac à dos) qui nous rappellent notre jeunesse et voyagent depuis 13 mois ici, et viennent aussi de rajouter une année. C’est notre Quentin et Elsa à nous !! 26 ans, tout pareil ! Une belle maturité…  Jolly Jumper nous amène tous les 6 sur les routes du sud mais il est tellement grand qu’on ne se gêne même pas ! Mathieu apprend la science à Félix, Maude nous brieff en espagnol, ils nous préparent des ceviche, on a trouvé un couple de jeunes « au pair », fabuleux !!! Enfin notre famille coup de cœur brésilienne nous rejoint avec une autre famille de français (partis au départ pour 1 an puis… rallonge d’1 an, comme beaucoup…)et là nous passons ensemble 2 jours de bonne bouffe, de discussions, d’échanges sur les pratiques des uns et des autres… jolis moments d’échanges. Nous irons ensemble à la plus belle plage d’Equateur, los Frailes, gouter le ceviche (poisson mariné un peu comme à Tahiti, bisou à mes 2 chéries Alice et Adé), nous balader des heures sur la « corniche », acheter des pains au manioc délicieux, découvrir une boisson dont nous raffolons (la polaca pour les adeptes) bref… parfois c’est inexplicable. La côte a cette nonchalence qui nous séduit, ce petit « plus » qui, malgré l’absence de soleil, nous fait rester, et aimer, chaque jour un peu plus cet endroit. Nous embarquons avec nous 2 français back packers (sac à dos) qui nous rappellent notre jeunesse et voyagent depuis 13 mois ici, et viennent aussi de rajouter une année. C’est notre Quentin et Elsa à nous !! 26 ans, tout pareil ! Une belle maturité…  Jolly Jumper nous amène tous les 6 sur les routes du sud mais il est tellement grand qu’on ne se gêne même pas ! Mathieu apprend la science à Félix, Maude nous brieff en espagnol, ils nous préparent des ceviche, on a trouvé un couple de jeunes « au pair », fabuleux !!!
Enfin notre famille coup de cœur brésilienne nous rejoint avec une autre famille de français (partis au départ pour 1 an puis… rallonge d’1 an, comme beaucoup…)et là nous passons ensemble 2 jours de bonne bouffe, de discussions, d’échanges sur les pratiques des uns et des autres… jolis moments d’échanges. Nous irons ensemble à la plus belle plage d’Equateur, los Frailes, gouter le ceviche (poisson mariné un peu comme à Tahiti, bisou à mes 2 chéries Alice et Adé), nous balader des heures sur la « corniche », acheter des pains au manioc délicieux, découvrir une boisson dont nous raffolons (la polaca pour les adeptes) bref… parfois c’est inexplicable. La côte a cette nonchalence qui nous séduit, ce petit « plus » qui, malgré l’absence de soleil, nous fait rester, et aimer, chaque jour un peu plus cet endroit. Nous embarquons avec nous 2 français back packers (sac à dos) qui nous rappellent notre jeunesse et voyagent depuis 13 mois ici, et viennent aussi de rajouter une année. C’est notre Quentin et Elsa à nous !! 26 ans, tout pareil ! Une belle maturité…  Jolly Jumper nous amène tous les 6 sur les routes du sud mais il est tellement grand qu’on ne se gêne même pas ! Mathieu apprend la science à Félix, Maude nous brieff en espagnol, ils nous préparent des ceviche, on a trouvé un couple de jeunes « au pair », fabuleux !!! Enfin notre famille coup de cœur brésilienne nous rejoint avec une autre famille de français (partis au départ pour 1 an puis… rallonge d’1 an, comme beaucoup…)et là nous passons ensemble 2 jours de bonne bouffe, de discussions, d’échanges sur les pratiques des uns et des autres… jolis moments d’échanges. Nous irons ensemble à la plus belle plage d’Equateur, los Frailes, gouter le ceviche (poisson mariné un peu comme à Tahiti, bisou à mes 2 chéries Alice et Adé), nous balader des heures sur la « corniche », acheter des pains au manioc délicieux, découvrir une boisson dont nous raffolons (la polaca pour les adeptes) bref… parfois c’est inexplicable. La côte a cette nonchalence qui nous séduit, ce petit « plus » qui, malgré l’absence de soleil, nous fait rester, et aimer, chaque jour un peu plus cet endroit. Nous embarquons avec nous 2 français back packers (sac à dos) qui nous rappellent notre jeunesse et voyagent depuis 13 mois ici, et viennent aussi de rajouter une année. C’est notre Quentin et Elsa à nous !! 26 ans, tout pareil ! Une belle maturité…  Jolly Jumper nous amène tous les 6 sur les routes du sud mais il est tellement grand qu’on ne se gêne même pas ! Mathieu apprend la science à Félix, Maude nous brieff en espagnol, ils nous préparent des ceviche, on a trouvé un couple de jeunes « au pair », fabuleux !!! Enfin notre famille coup de cœur brésilienne nous rejoint avec une autre famille de français (partis au départ pour 1 an puis… rallonge d’1 an, comme beaucoup…)et là nous passons ensemble 2 jours de bonne bouffe, de discussions, d’échanges sur les pratiques des uns et des autres… jolis moments d’échanges. Nous irons ensemble à la plus belle plage d’Equateur, los Frailes, gouter le ceviche (poisson mariné un peu comme à Tahiti, bisou à mes 2 chéries Alice et Adé), nous balader des heures sur la « corniche », acheter des pains au manioc délicieux, découvrir une boisson dont nous raffolons (la polaca pour les adeptes) bref… parfois c’est inexplicable. La côte a cette nonchalence qui nous séduit, ce petit « plus » qui, malgré l’absence de soleil, nous fait rester, et aimer, chaque jour un peu plus cet endroit. Nous embarquons avec nous 2 français back packers (sac à dos) qui nous rappellent notre jeunesse et voyagent depuis 13 mois ici, et viennent aussi de rajouter une année. C’est notre Quentin et Elsa à nous !! 26 ans, tout pareil ! Une belle maturité…  Jolly Jumper nous amène tous les 6 sur les routes du sud mais il est tellement grand qu’on ne se gêne même pas ! Mathieu apprend la science à Félix, Maude nous brieff en espagnol, ils nous préparent des ceviche, on a trouvé un couple de jeunes « au pair », fabuleux !!!

Enfin notre famille coup de cœur brésilienne nous rejoint avec une autre famille de français (partis au départ pour 1 an puis… rallonge d’1 an, comme beaucoup…)et là nous passons ensemble 2 jours de bonne bouffe, de discussions, d’échanges sur les pratiques des uns et des autres… jolis moments d’échanges. Nous irons ensemble à la plus belle plage d’Equateur, los Frailes, gouter le ceviche (poisson mariné un peu comme à Tahiti, bisou à mes 2 chéries Alice et Adé), nous balader des heures sur la « corniche », acheter des pains au manioc délicieux, découvrir une boisson dont nous raffolons (la polaca pour les adeptes) bref… parfois c’est inexplicable. La côte a cette nonchalence qui nous séduit, ce petit « plus » qui, malgré l’absence de soleil, nous fait rester, et aimer, chaque jour un peu plus cet endroit. Nous embarquons avec nous 2 français back packers (sac à dos) qui nous rappellent notre jeunesse et voyagent depuis 13 mois ici, et viennent aussi de rajouter une année. C’est notre Quentin et Elsa à nous !! 26 ans, tout pareil ! Une belle maturité… Jolly Jumper nous amène tous les 6 sur les routes du sud mais il est tellement grand qu’on ne se gêne même pas ! Mathieu apprend la science à Félix, Maude nous brieff en espagnol, ils nous préparent des ceviche, on a trouvé un couple de jeunes « au pair », fabuleux !!!

Nous nous laissons bercer par le charme des villages de pêcheurs comme Salango, Olon… partout, les pêcheurs nous donnent des poissons, leur générosité nous émeut, et la qualité de nos bivouacs ne cesse de s’améliorer ! L’Equateur permet vraiment des bivouacs les pieds dans l’eau, à l’ombre des cocotiers, comme on n’en fait plus en France… Bon pour nous c’est plus l’abri du vent qu’on cherche mais c’est pas grave ! La météo est vraiment un détail en voyage au long cours. Peu importe le temps, on est au taquet ! Nous finirons en apothéose à Ayampe, diner les pieds dans le sable avec au menu : calamars frais en sauce et… langoustes grillées au feu de bois !!! Nous serons les seuls sur la plage en ce vendredi soir à savourer, savourer, et encore savourer… Moment magique hein les copains ??? Nous nous laissons bercer par le charme des villages de pêcheurs comme Salango, Olon… partout, les pêcheurs nous donnent des poissons, leur générosité nous émeut, et la qualité de nos bivouacs ne cesse de s’améliorer ! L’Equateur permet vraiment des bivouacs les pieds dans l’eau, à l’ombre des cocotiers, comme on n’en fait plus en France… Bon pour nous c’est plus l’abri du vent qu’on cherche mais c’est pas grave ! La météo est vraiment un détail en voyage au long cours. Peu importe le temps, on est au taquet ! Nous finirons en apothéose à Ayampe, diner les pieds dans le sable avec au menu : calamars frais en sauce et… langoustes grillées au feu de bois !!! Nous serons les seuls sur la plage en ce vendredi soir à savourer, savourer, et encore savourer… Moment magique hein les copains ??? Nous nous laissons bercer par le charme des villages de pêcheurs comme Salango, Olon… partout, les pêcheurs nous donnent des poissons, leur générosité nous émeut, et la qualité de nos bivouacs ne cesse de s’améliorer ! L’Equateur permet vraiment des bivouacs les pieds dans l’eau, à l’ombre des cocotiers, comme on n’en fait plus en France… Bon pour nous c’est plus l’abri du vent qu’on cherche mais c’est pas grave ! La météo est vraiment un détail en voyage au long cours. Peu importe le temps, on est au taquet ! Nous finirons en apothéose à Ayampe, diner les pieds dans le sable avec au menu : calamars frais en sauce et… langoustes grillées au feu de bois !!! Nous serons les seuls sur la plage en ce vendredi soir à savourer, savourer, et encore savourer… Moment magique hein les copains ???
Nous nous laissons bercer par le charme des villages de pêcheurs comme Salango, Olon… partout, les pêcheurs nous donnent des poissons, leur générosité nous émeut, et la qualité de nos bivouacs ne cesse de s’améliorer ! L’Equateur permet vraiment des bivouacs les pieds dans l’eau, à l’ombre des cocotiers, comme on n’en fait plus en France… Bon pour nous c’est plus l’abri du vent qu’on cherche mais c’est pas grave ! La météo est vraiment un détail en voyage au long cours. Peu importe le temps, on est au taquet ! Nous finirons en apothéose à Ayampe, diner les pieds dans le sable avec au menu : calamars frais en sauce et… langoustes grillées au feu de bois !!! Nous serons les seuls sur la plage en ce vendredi soir à savourer, savourer, et encore savourer… Moment magique hein les copains ???

Nous nous laissons bercer par le charme des villages de pêcheurs comme Salango, Olon… partout, les pêcheurs nous donnent des poissons, leur générosité nous émeut, et la qualité de nos bivouacs ne cesse de s’améliorer ! L’Equateur permet vraiment des bivouacs les pieds dans l’eau, à l’ombre des cocotiers, comme on n’en fait plus en France… Bon pour nous c’est plus l’abri du vent qu’on cherche mais c’est pas grave ! La météo est vraiment un détail en voyage au long cours. Peu importe le temps, on est au taquet ! Nous finirons en apothéose à Ayampe, diner les pieds dans le sable avec au menu : calamars frais en sauce et… langoustes grillées au feu de bois !!! Nous serons les seuls sur la plage en ce vendredi soir à savourer, savourer, et encore savourer… Moment magique hein les copains ???

En discutant avec d’autres voyageurs nous nous apercevons que nous avons été très rapidement dans le voyage, expression qui ne signifie surement pas grand-chose pour les novices mais qui veut dire en 2 mots : vivre l’instant présent pleinement sans trop se soucier de l’itinéraire, du temps passé dans chaque pays bref… d’apprécier tout simplement. D’adopter une posture de lâcher prise car elle seule permet la découverte totale et la rencontre. L’Amérique latine a ça de magique, surement plus qu’un autre continent : la facilité de la langue permet vraiment d’être en lien avec les gens et, au-delà des paysages certes splendides, c’est quand même bien ça qu’on est venus chercher. Et la rencontre, peu importe le pays, ne se fait pas en 1 jour. Aussi on va tenter de s’immerger encore un peu plus, notamment au Pérou où l’on a entendu de tout sur ce pays ! Place au woofing, travail dans les fermes péruviennes pour tous !! L’organisation de la vie des champs va nous apprendre des tas de choses sur leur culture, pas envie de passer à côté de l’essentiel…  Notre rythme est donc de plus en plus lent, quasi 6 semaines qu’on est en Equateur et loin d’être partis !! On se sent bien dans ce petit pays… Pour la suite au Pérou on prévoit de faire du woofing (travailler dans les fermes), car bien souvent la connaissance d’un pays, d’une culture, passe par la connaissance de son agriculture, la vie des champs, son organisation.  Mais la rupture de gaz nous guette aussi la route vers Cuenca nous appelle ! (la fête aussi pour commémorer l’indépendance de la ville). Nos flottons au dessus des nuages, la vue est féérique… Et Cuenca nous tend les bras !!! Cuenca ? C’est où ? ça ressemble à quoi ?? Hasta luego Amigos !!!En discutant avec d’autres voyageurs nous nous apercevons que nous avons été très rapidement dans le voyage, expression qui ne signifie surement pas grand-chose pour les novices mais qui veut dire en 2 mots : vivre l’instant présent pleinement sans trop se soucier de l’itinéraire, du temps passé dans chaque pays bref… d’apprécier tout simplement. D’adopter une posture de lâcher prise car elle seule permet la découverte totale et la rencontre. L’Amérique latine a ça de magique, surement plus qu’un autre continent : la facilité de la langue permet vraiment d’être en lien avec les gens et, au-delà des paysages certes splendides, c’est quand même bien ça qu’on est venus chercher. Et la rencontre, peu importe le pays, ne se fait pas en 1 jour. Aussi on va tenter de s’immerger encore un peu plus, notamment au Pérou où l’on a entendu de tout sur ce pays ! Place au woofing, travail dans les fermes péruviennes pour tous !! L’organisation de la vie des champs va nous apprendre des tas de choses sur leur culture, pas envie de passer à côté de l’essentiel…  Notre rythme est donc de plus en plus lent, quasi 6 semaines qu’on est en Equateur et loin d’être partis !! On se sent bien dans ce petit pays… Pour la suite au Pérou on prévoit de faire du woofing (travailler dans les fermes), car bien souvent la connaissance d’un pays, d’une culture, passe par la connaissance de son agriculture, la vie des champs, son organisation.  Mais la rupture de gaz nous guette aussi la route vers Cuenca nous appelle ! (la fête aussi pour commémorer l’indépendance de la ville). Nos flottons au dessus des nuages, la vue est féérique… Et Cuenca nous tend les bras !!! Cuenca ? C’est où ? ça ressemble à quoi ?? Hasta luego Amigos !!!En discutant avec d’autres voyageurs nous nous apercevons que nous avons été très rapidement dans le voyage, expression qui ne signifie surement pas grand-chose pour les novices mais qui veut dire en 2 mots : vivre l’instant présent pleinement sans trop se soucier de l’itinéraire, du temps passé dans chaque pays bref… d’apprécier tout simplement. D’adopter une posture de lâcher prise car elle seule permet la découverte totale et la rencontre. L’Amérique latine a ça de magique, surement plus qu’un autre continent : la facilité de la langue permet vraiment d’être en lien avec les gens et, au-delà des paysages certes splendides, c’est quand même bien ça qu’on est venus chercher. Et la rencontre, peu importe le pays, ne se fait pas en 1 jour. Aussi on va tenter de s’immerger encore un peu plus, notamment au Pérou où l’on a entendu de tout sur ce pays ! Place au woofing, travail dans les fermes péruviennes pour tous !! L’organisation de la vie des champs va nous apprendre des tas de choses sur leur culture, pas envie de passer à côté de l’essentiel…  Notre rythme est donc de plus en plus lent, quasi 6 semaines qu’on est en Equateur et loin d’être partis !! On se sent bien dans ce petit pays… Pour la suite au Pérou on prévoit de faire du woofing (travailler dans les fermes), car bien souvent la connaissance d’un pays, d’une culture, passe par la connaissance de son agriculture, la vie des champs, son organisation.  Mais la rupture de gaz nous guette aussi la route vers Cuenca nous appelle ! (la fête aussi pour commémorer l’indépendance de la ville). Nos flottons au dessus des nuages, la vue est féérique… Et Cuenca nous tend les bras !!! Cuenca ? C’est où ? ça ressemble à quoi ?? Hasta luego Amigos !!!
En discutant avec d’autres voyageurs nous nous apercevons que nous avons été très rapidement dans le voyage, expression qui ne signifie surement pas grand-chose pour les novices mais qui veut dire en 2 mots : vivre l’instant présent pleinement sans trop se soucier de l’itinéraire, du temps passé dans chaque pays bref… d’apprécier tout simplement. D’adopter une posture de lâcher prise car elle seule permet la découverte totale et la rencontre. L’Amérique latine a ça de magique, surement plus qu’un autre continent : la facilité de la langue permet vraiment d’être en lien avec les gens et, au-delà des paysages certes splendides, c’est quand même bien ça qu’on est venus chercher. Et la rencontre, peu importe le pays, ne se fait pas en 1 jour. Aussi on va tenter de s’immerger encore un peu plus, notamment au Pérou où l’on a entendu de tout sur ce pays ! Place au woofing, travail dans les fermes péruviennes pour tous !! L’organisation de la vie des champs va nous apprendre des tas de choses sur leur culture, pas envie de passer à côté de l’essentiel…  Notre rythme est donc de plus en plus lent, quasi 6 semaines qu’on est en Equateur et loin d’être partis !! On se sent bien dans ce petit pays… Pour la suite au Pérou on prévoit de faire du woofing (travailler dans les fermes), car bien souvent la connaissance d’un pays, d’une culture, passe par la connaissance de son agriculture, la vie des champs, son organisation.  Mais la rupture de gaz nous guette aussi la route vers Cuenca nous appelle ! (la fête aussi pour commémorer l’indépendance de la ville). Nos flottons au dessus des nuages, la vue est féérique… Et Cuenca nous tend les bras !!! Cuenca ? C’est où ? ça ressemble à quoi ?? Hasta luego Amigos !!!En discutant avec d’autres voyageurs nous nous apercevons que nous avons été très rapidement dans le voyage, expression qui ne signifie surement pas grand-chose pour les novices mais qui veut dire en 2 mots : vivre l’instant présent pleinement sans trop se soucier de l’itinéraire, du temps passé dans chaque pays bref… d’apprécier tout simplement. D’adopter une posture de lâcher prise car elle seule permet la découverte totale et la rencontre. L’Amérique latine a ça de magique, surement plus qu’un autre continent : la facilité de la langue permet vraiment d’être en lien avec les gens et, au-delà des paysages certes splendides, c’est quand même bien ça qu’on est venus chercher. Et la rencontre, peu importe le pays, ne se fait pas en 1 jour. Aussi on va tenter de s’immerger encore un peu plus, notamment au Pérou où l’on a entendu de tout sur ce pays ! Place au woofing, travail dans les fermes péruviennes pour tous !! L’organisation de la vie des champs va nous apprendre des tas de choses sur leur culture, pas envie de passer à côté de l’essentiel…  Notre rythme est donc de plus en plus lent, quasi 6 semaines qu’on est en Equateur et loin d’être partis !! On se sent bien dans ce petit pays… Pour la suite au Pérou on prévoit de faire du woofing (travailler dans les fermes), car bien souvent la connaissance d’un pays, d’une culture, passe par la connaissance de son agriculture, la vie des champs, son organisation.  Mais la rupture de gaz nous guette aussi la route vers Cuenca nous appelle ! (la fête aussi pour commémorer l’indépendance de la ville). Nos flottons au dessus des nuages, la vue est féérique… Et Cuenca nous tend les bras !!! Cuenca ? C’est où ? ça ressemble à quoi ?? Hasta luego Amigos !!!En discutant avec d’autres voyageurs nous nous apercevons que nous avons été très rapidement dans le voyage, expression qui ne signifie surement pas grand-chose pour les novices mais qui veut dire en 2 mots : vivre l’instant présent pleinement sans trop se soucier de l’itinéraire, du temps passé dans chaque pays bref… d’apprécier tout simplement. D’adopter une posture de lâcher prise car elle seule permet la découverte totale et la rencontre. L’Amérique latine a ça de magique, surement plus qu’un autre continent : la facilité de la langue permet vraiment d’être en lien avec les gens et, au-delà des paysages certes splendides, c’est quand même bien ça qu’on est venus chercher. Et la rencontre, peu importe le pays, ne se fait pas en 1 jour. Aussi on va tenter de s’immerger encore un peu plus, notamment au Pérou où l’on a entendu de tout sur ce pays ! Place au woofing, travail dans les fermes péruviennes pour tous !! L’organisation de la vie des champs va nous apprendre des tas de choses sur leur culture, pas envie de passer à côté de l’essentiel…  Notre rythme est donc de plus en plus lent, quasi 6 semaines qu’on est en Equateur et loin d’être partis !! On se sent bien dans ce petit pays… Pour la suite au Pérou on prévoit de faire du woofing (travailler dans les fermes), car bien souvent la connaissance d’un pays, d’une culture, passe par la connaissance de son agriculture, la vie des champs, son organisation.  Mais la rupture de gaz nous guette aussi la route vers Cuenca nous appelle ! (la fête aussi pour commémorer l’indépendance de la ville). Nos flottons au dessus des nuages, la vue est féérique… Et Cuenca nous tend les bras !!! Cuenca ? C’est où ? ça ressemble à quoi ?? Hasta luego Amigos !!!

En discutant avec d’autres voyageurs nous nous apercevons que nous avons été très rapidement dans le voyage, expression qui ne signifie surement pas grand-chose pour les novices mais qui veut dire en 2 mots : vivre l’instant présent pleinement sans trop se soucier de l’itinéraire, du temps passé dans chaque pays bref… d’apprécier tout simplement. D’adopter une posture de lâcher prise car elle seule permet la découverte totale et la rencontre. L’Amérique latine a ça de magique, surement plus qu’un autre continent : la facilité de la langue permet vraiment d’être en lien avec les gens et, au-delà des paysages certes splendides, c’est quand même bien ça qu’on est venus chercher. Et la rencontre, peu importe le pays, ne se fait pas en 1 jour. Aussi on va tenter de s’immerger encore un peu plus, notamment au Pérou où l’on a entendu de tout sur ce pays ! Place au woofing, travail dans les fermes péruviennes pour tous !! L’organisation de la vie des champs va nous apprendre des tas de choses sur leur culture, pas envie de passer à côté de l’essentiel… Notre rythme est donc de plus en plus lent, quasi 6 semaines qu’on est en Equateur et loin d’être partis !! On se sent bien dans ce petit pays… Pour la suite au Pérou on prévoit de faire du woofing (travailler dans les fermes), car bien souvent la connaissance d’un pays, d’une culture, passe par la connaissance de son agriculture, la vie des champs, son organisation. Mais la rupture de gaz nous guette aussi la route vers Cuenca nous appelle ! (la fête aussi pour commémorer l’indépendance de la ville). Nos flottons au dessus des nuages, la vue est féérique… Et Cuenca nous tend les bras !!! Cuenca ? C’est où ? ça ressemble à quoi ?? Hasta luego Amigos !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article